Les millésimes en Bourgogne

Chaque millésime  réserve son lot de surprises…
Ces dernières années, la météo s’est montrée plus capricieuse que jamais, les lois de la nature impénétrables, si bien que les vignerons ont dû sans cesse s’adapter pour obtenir les plus beaux raisins. Panorama des derniers millésimes en Bourgogne :

2009

Millésime 2009 : quand quantité rime avec qualité
L’hiver 2008-2009 se révèle très froid et très sec. Le printemps s’installe ensuite doucement, avec des températures en dents de scie. L’été démarre sous un soleil radieux et les températures estivales perdurent jusqu’au mois de septembre.
Le millésime est caractérisé par un ensoleillement exceptionnel, particulièrement durant les mois de janvier, mai, juin et août. 
Les vendanges débutent la 2ème semaine de septembre. La récolte est abondante, les raisins sont riches et concentrés.
Les vins blancs se révèlent friands, avec un bel équilibre alcool/acidité ; pour les rouges, les tanins sont concentrés avec beaucoup de chair.
Ce magnifique millésime démontre que quantité peut rimer avec qualité !

2010

Millésime 2010 : un millésime exigeant
2010, un millésime riche en rebondissements !
Les conditions météo ont été particulièrement délicates : un hiver très froid avec de fortes gelées, un printemps long à s’installer, une alternance de périodes très chaudes puis arrosées lors de la floraison, des orages à la fin de l’été…
Les vendanges débutent la 3ème semaine de septembre. Les rendements sont à la baisse : ils résultent à la fois de la maîtrise de la taille par les viticulteurs, de la coulure et du millerandage engendrés par les conditions climatiques du printemps, et du tri pratiqué à la vigne comme à la cave. Les vins blancs sont marqués par un très bon niveau d’acidité qui en fait un millésime de garde avec une belle pureté de fruit. Pour les vins rouges, les petits rendements donnent une très belle concentration de fruit et de tanins soyeux.
Le millésime 2010 aura été sans répit et aura demandé une exigence forte tant à la vigne qu’en cuverie…

2011

Millésime 2011 : le millésime des extrêmes
Le millésime 2011 est issu encore une fois de conditions météorologiques inhabituelles. Un millésime « des extrêmes » : alternance de périodes trop chaudes, trop sèches ou trop pluvieuses…
La vigne s’est montrée exceptionnellement précoce, l’été a été frais et arrosé, parfois orageux, la fin août très ensoleillée… Les vendanges ont débuté très tôt, à la fin août. En Côte de Beaune, les raisins étaient à parfaite maturité, l’état sanitaire des vignes très bon.
Cela a donné des vins de belle qualité, très aromatiques. En Côte Chalonnaise, Montagny et Rully ont été touchés par la grêle. Les blancs dévoilent un bon rapport sucres/acidité, gage d’équilibre et de fraîcheur. Les rouges sont aromatiques et bien structurés. Les vins de la Côte de Nuits sont élégants et soyeux, bien équilibrés et structurés.

2012

Millésime 2012 : petites quantités mais grande qualité
Le millésime 2012 aura connu une météo hors-normes qui n’aura pas épargné les vignes !
Hiver doux, mars printanier, printemps frais avec des gelées, mai estival, juin plus frais et pluvieux, été instable et caniculaire, grêle, orages… Les vignes, à cause du froid et de l’humidité du printemps, auront connu coulure (non transformation de certaines fleurs en fruit), millerandage (fécondation incomplète de la fleur qui donne de petites baies) et une forte pression du mildiou et de l’oïdium. Les brèves mais fortes chaleurs de l’été ont provoqué échaudage et grillure des baies. Ces phénomènes ont entraîné une baisse significative de récolte, sans impacter pour autant la qualité des raisins, car des grappes aérées aux petites baies garantissent concentration et intensité…
Au final, les raisins auront atteint une belle maturité aromatique et un bel équilibre sucre/acidité. Les vins blancs se caractérisent par leur finesse et leur concentration. Les vins rouges s’illustrent par de belles couleurs, des tanins mûrs et soyeux et de l’harmonie en bouche.

2013

Millésime 2013 : millésime imprévisible
Après un hiver long, ce millésime est marqué par des précipitations importantes : elles sont supérieures à la normale saisonnière de janvier à juillet. Le printemps fut maussade, l’été chaud et sec avec quelques orages dévastateurs sur la Côte de Beaune. La fraîcheur et l’humidité pendant la floraison et la nouaison ont entraîné coulure et millerandage, ce qui a réduit le potentiel de récolte sur toute la Bourgogne.
A l’image du millésime, les vendanges se sont déroulées sous la pluie début octobre. Une fois encore, le travail incessant à la vigne et en caves a permis de redonner à ce millésime ses lettres de noblesse. Les vins blancs se révèlent fruités, équilibrés, vifs et frais ; les vins rouges fruités, avec une belle structure et des tannins fins et présents.

2014

Millésime 2014 : heureuse surprise
Encore un millésime avec une météo surprenante !
Au printemps, le millésime s’annonce très précoce. On note néanmoins quelques phénomènes de coulure. Fin juin, un violent orage de grêle cause de gros dégâts sur quelques villages de la Côte de  Beaune. L’été est difficile, la météo humide et fraîche. Le soleil revient début septembre, accompagné par le vent du nord qui permet une maturation optimale des raisins et garantit un bel état sanitaire des vignes.
Les vins blancs 2014 s’annoncent bien équilibrés, avec un caractère ciselé et précis. Les vins rouges dévoilent de belles concentrations, des tanins souples et plaisants, et une belle finesse.
Un millésime plein d’avenir…

Des vins bien élevés depuis 1850…

Choisissez votre langue / Choose your language :

Français / English

Pour visiter ce site, vous devez être en âge légal de consommer de l'alcool dans votre pays de résidence .
Merci de confirmer votre âge :